Lafontant en colère contre la Minujusth

Uncategorized

Le Premier Ministre haïtien, Jack Guy Lafontant, justifie la réaction énergique du gouvernement face à la mission de l’ONU dans le dossier Pétrocaribe. M. Lafontant soutient qu’il ne faut plus déballer dans les rues les affaires de l’état. « Le président Moïse en maintes occasions a dit qu’il faut sortir les institutions des rues, ceci est valable aussi pour les organisations internationales, a dit M. Lafontant sur un ton ferme lors d’une conférence de presse à la Primature le jeudi 1 mars 2018.

Les autorités haïtiennes se sont indignées en raison d’une note de la cheffe de la Minujusth se réjouissant de la nomination d’un juge instructeur sur le dossier Pétrocaribe.  M. Lafontant révèle que son gouvernement est déterminé à faire respecter la souveraineté nationale et les principes de relations internationales. On n’entre pas dans le pays comme dans un moulin, ce n’est pas une savane, s’offusque t-il accusant la représentante de l’ONU d’avoir adopté une posture partisane.

Le gouvernement est impliqué depuis plusieurs mois dans un bras de fer avec l’Opposition sur l’épineux dossier de la mauvaise gestion des fonds de Pétrocaribe. Pour le chef du gouvernement il ne s’agit pas d’un dossier judiciaire mais d’un « dossier éminemment politique ».

La cheffe de la Minujusth, Suzan Page, est une diplomate américaine. Le Premier Ministre a confondu les déclarations comme venant d’une diplomate onusienne et américaine. Une organisation haïtienne ne peut émettre une note similaire face au gouvernement américain ou français, a insisté M. Lafontant.
Il réitère sa determination à défendre l’honneur de la patrie haïtienne. Sur la terre de Dessalines, Pétion et Christophe ceci ne sera pas accepté, a t-il dit dans une posture de nationaliste.

Il exhorte les responsables des organisations internationales à respecter les canaux diplomatiques traditionnels pour communiquer avec les autorités haïtiennes. M. Lafontant ne décolère pas et s’indigne de l’affront à son gouvernement survenu « comme par hasard pendant la 29 eme conférence des chefs d’état et de gouvernement de la Caricom ».

Pour le Premier Ministre la mission onusienne ne peut agir comme bon lui semble dans le pays. Elle doit agir comme un partenaire, dit-il rappelant que les haïtiens sont fiers et souverains.
Il se dit prêt à collaborer avec la mission onusienne mais s’insurge contre les interventions inopportunes dans les affaires de la nation.

LLM / radio Métropole Haïti