Son témoignage, jeudi 8 mai 2017, devant la commission d’enquête du Sénat américain a mis à mal le président des Etats-Unis Donald Trump, révélant au grand jour des pratiques peu orthodoxes voire à la limite de la légalité. Mais James Comey n’en est pas à son premier fait d’armes politique : pendant la campagne présidentielle de 2016, c’est lui qui avait ouvert une enquête sur les emails d’Hillary Clinton, après avoir mené dans les années 1990 et 2000 deux autres instructions contre la démocrate et son mari. Portrait de cet avocat zélé, nommé patron du FBI en 2013 par Barack Obama, à qui certains attribuent la défaite d’Hillary Clinton.

Il est l’homme par qui le scandale arrive. Directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI) jusqu’à son renvoi par Donald Trump au mois de mai, James Comey, 56 ans, gravite dans les plus hautes sphères du pouvoir américain depuis plus de deux décennies. Père de famille modèle, légiste acharné à la détermination sans faille… Son parcours presque exemplaire n’est en fait pas exempt de soubresauts, d’affaires d’envergures et de zones d’ombre.

James Comey est un homme droit. C’est du moins ce que disent ceux qui l’ont côtoyé. D’origine irlandaise et de grand-père policier, il naît à New-York en 1960, dans une famille de la classe moyenne : le père travaille dans l’immobilier, la mère dans l’informatique. Elève studieux et doué, il étudie au College of William and Mary, le deuxième plus ancien établissement d’éducation supérieure des Etats-Unis après Harvard.

doucefm

Related Posts