Les Etats-Unis frappent une base aérienne syrienne

Donald Trump a affirmé dans la foulée que ces opérations étaient « dans l’intérêt vital de la sécurité nationale » des Etats-Unis, appelant toutes les « nations civilisées » à oeuvrer pour faire cesser le bain de sang en Syrie. « Assad a pris la vie d’hommes, de femmes, et d’enfants sans défense. Aucun enfant de Dieu ne devrait avoir à vivre une telle horreur. […] Il n’y a aucun doute que la Syrie a utilisé des armes chimiques interdites, violant les conventions sur les armes chimiques, et ignorant les avertissements du conseil de sécurité de l’ONU », a martelé le président américain. Rex Tillerson accuse la Russie d’avoir manqué à ses responsabilités en Syrie. Pour le secrétaire d’Etat américain, cette frappe montre la volonté de Trump d’agir quand des pays « franchissent la ligne ». Le Pentagone a par ailleurs annoncé que Moscou avait été prévenu de cette frappe.
« Agression »
La télévision d’Etat syrienne a qualifié d’« agression » ces frappes américaines, évoquant plusieurs cibles. Sur cette même chaîne, une source militaire du régime de Bachar el-Assad parlait de « pertes », sans préciser leur nature. Le gouverneur de la province de Homs, où est située la base aérienne visée, est allé plus loin ce vendredi matin en affirmant qu’il y avait « des morts » : « Il y a des martyrs, mais nous n’avons pas encore de bilan ni pour les martyrs ni pour les blessés », a affirmé Talal Barazi à l’AFP par téléphone. Depuis, l’armée syrienne a tiré un premier bilan, dénombrant six morts suite à ces frappes. Un peu plus tôt, l’Obervatoire syrien des droits de l’homme avait évoqué quant à lui quatre victimes. De son côté, l’opposition syrienne se félicite des frappes américaines et appelle à les poursuivre.

RSS more news

Winamp, iTunes Windows Media Player Real Player QuickTime
Skip to toolbar