Donald Trump à l’épreuve du Congrès

Quarante jours après son arrivée tonitruante au pouvoir, Donald Trump tient un discours ce mardi 28 février devant les deux chambres du Congrès américain. Depuis Ronald Reagan en 1981, l’invitation par les élus faite au nouveau président est devenue une tradition. Mais rarement cet évènement n’a été autant attendu qu’aujourd’hui. A 21h, ce mardi 28 février (heure de Washington), Donald Trump montera à la tribune du Congrès américain pour s’adresser pour la première fois depuis son investiture aux élus américains, mais aussi à des millions de téléspectateurs. En plein prime time, ce sera une occasion unique pour le nouveau locataire de la Maison Blanche de prendre un autre départ après un début de présidence à la teneur chaotique.
« Pensez à la polémique suscitée par le décret interdisant certains étrangers d’entrée sur le territoire américain qui a finalement été suspendu par la justice. Pensez à la démission de son conseiller à la sécurité intérieure, à ses attaques contre la presse. Tout cela a bouleversé le pays, rappelle Alan Abramowitz, professeur en Sciences politiques à l’Université Emory à Atlanta.Pour un président en début de mandat il est très bas dans les sondages (seuls 42% des Américains ont un avis favorable, selon le dernier sondage de l’institut Gallup, ndlr.). L’enjeu pour lui est donc de rassurer l’opinion publique. La question est de savoir s’il ne s’adressera encore une fois qu’à ses fidèles partisans ou cette fois-ci à un public plus large ». Un président dirigiste et sa majorité républicaine, Mais les électeurs américains ne sont pas les seuls à avoir besoin d’être rassurés. Les élus du Congrès aussi, y compris ceux de la majorité républicaine, voudraient savoir quelle sera la place que ce président dirigiste leur laissera