Non, Monsieur le Président vous n’êtes pas digne d’être président.

Absent du circuit politique Haïtien ces derniers jours, je ne prends qu’aujourd’hui connaissance des déclarations du Président Privert sur le déploiement des troupes dominicaines sur le territoire haïtien et rendues publiques sur le Nouvelliste du 16 octobre.

Non Monsieur le Président vous n’êtes pas digne d’être président. J’appreciais pourtant la façon dont vous meniez la barque. Mais ces déclarations nous place en total opposition. D’ailleurs ces déclarations démontrent bien que votre présence au palais ne peut plus être justifiée. Quelle est l’une des missions essentielles de tout gouvernement qui se respecte si ce n’est d’assurer la souveraineté de sa nation.

Comment pouvez vous accoucher votre impuissance à donner protection à un convoi d’aide humanitaire, ou pire encore de ne pouvoir récupérer des biens de l’Etat illégalement accaparés par “certaines personnalités politique » ? Quel est donc votre rôle au timon des affaires de l’Etat ?  C’est à se demander comment vous êtes en mesure de protéger votre fauteuil présidentiel contre ces personnalités politiques qui voudraient s’en emparer. Non Monsieur le Président il y a une différence entre des troupes Onusiennes –tout en protestant leur présence et inutilité—et des troupes relevant de pays individuels. La gifle est moins forte quand elle est donnée par une institution comme l’ONU, dont nous sommes membre fondateur, que par un pays qui nous a fait et continue à nous faire tant de tort.

Non Monsieur le Président vous ne deviez pas nous forcer d’accepter cette gifle. Particulièrement venant de la République Dominicaine, pays avec lequel nos relations sont si tendues et avec raison. Vous auriez du insister que ce convoi soit remis à la frontière aux autorités haïtiennes, à la rigueur, à la MINUTSHA qui devrait avoir une autre mission chez nous que de se baigner à la plage.

Jean Claude Roy